Auteur Photographe

Bienvenue sur la galerie en ligne CoradoAD

Si vous souhaitez consulter les actualités, ou encore mes prestations en tant qu’artisan photographe, merci de revenir sur mon site principal http://coradoad.com

Vous trouverez ici mes réalisations en tant qu’artiste, photographiques principalement.

Si vous souhaitez, vous pouvez me contacter pour acquérir un tirage numéroté d’une de mes oeuvres, sur un support et dans un format que nous pourrons adapter en fonction de l’oeuvre et de vos envies… n’hésitez pas à me contacter pour le moindre renseignement, ça ne coûte rien et je ne mords pas ; )

Pour conclure, un petit mot sur moi:

La version courte:

Photographe professionnel, mes affinités me conduisent vers de la photographie artistique, des shooting et collaborations principalement. Véritable passionné d’art et tout particulièrement d’arts visuels j’essaie de suivre mon naturel en m’ouvrant à différentes expériences (photo diverses, dessin, design, acteur, musique…) mais garde comme fil conducteur une oeuvre globale, en perpétuelle évolution se tissant au fil de rencontres, réflexions et travaux.

Pour la version longue:

je vous propose de lire mes réponses à un questionnaire dans le cadre d’un projet des “Photographes Itinérants” sur La Grande Motte “Libre Cours” (1 onglet par question/réponse)                    

La page originale est disponible sur le site PhotographesItinérants

Pourquoi fais tu de la photographie

En photographie l’on utilise le terme de sensibilité pour définir la capacité d’une pellicule ou d’un capteur à capter la lumière, les couleurs et leurs détails. Plus « l’appareil » est (photo-)sensible plus il perçoit de détails et de nuances. On utilise également ce terme vis a vis d’un photographe, de son travail/regard. Si ce terme garde le même fond, le panel d’éléments à capter et surtout à retranscrire, ici au travers du travail de l’artiste /artisan, ne se limite pas à la lumière et son incommensurable profondeur. Pour ma part je suis mû par un irrépressible besoin d’émulation, de créer, de témoigner. Si j’ai pu, peux ou pourrais m’essayer à de multiples pratiques et passions, c’est la photographie qui a su jusqu’à ce jour et de loin, poser la plus profonde empreinte dans mon parcours. Faire partie des 15-20% « d’hypersensibles » (hypersensibilité [psychologie]) ne m’assure en rien de retranscrire avec plus d’intensité ou de justesse que d’autres une émotion, la beauté ou la richesse d’un instant, d’un modèle ou même un message, une volonté de ma part, « mon regard ». Mais être photographe me permet d’explorer ce monde, d’y plonger, de toucher du bout du doigt les forces vives qui le composent, souvent si brutalement positives ou négatives. D’en témoigner de mon regard, protégé d’elles même au travers du prisme du viseur de mon appareil.

As tu un domaine de prédilection ?

Pas réellement. Comme dans la vie, ma grande curiosité crée chez moi une appétence à assimiler grand nombre de choses. Ainsi, si je discerne aujourd’hui des domaines qui prévalent plus ou moins, mon côté hétéroclite me portera peut-être vers d’autres domaines photographiques et artistiques, force de pratique. C’est aussi ça la beauté de la vie et de la photo. L’on ne sais jamais réellement ou nous mèneront nos pas, passé un certain nombre.

Comment as tu débuté ?

Par curiosité d’abord, porté par l’envie d’arriver moi aussi à maitriser cet outil surprenant permettant d’immortaliser des moments, des instants de vie sous cette forme unique qu’est la photo. Porté par cette magie de voir cet instant en famille, ce portrait, …, immortalisé, figé sur ce bout de papier pouvoir être une représentation tantôt fidèle, tantôt fantasque si vivante. C’est ainsi, après avoir volé quelques rares déclenchements sur les appareils familiaux qu’à l’adolescence je m’achetais mon premier appareil, un bridge. Je commençais à tracer la voie que je suis maintenant depuis 2010. Animé inconsciemment depuis mes tout premiers clichés déjà, par un besoin, une envie d’explorer et d’y apposer « mon regard ».

Que fais tu quand tu ne fais pas de photo ?

A ce jour photographe professionnel est mon emploi secondaire, ainsi, si la question avait été « que fais tu sur ton temps libre » j’aurais répondu sans hésité « de la photo ». Car quel que soit la manière dont je pratique la photo, en passe temps, en travail artistique ou en travail artisanal c’est toujours un réel plaisir pour moi. Mais je m’éloigne un peu de la réponse ^^ Alors ! Une fois libéré de mes obligations, dès qu’il m’est offert le temps et l’espace « d’agir librement » et que j’ai rangé mon appareil dans ma pochette dorsale, hum j’y suis presque… dans mon sac photo qui ne me quitte presque jamais, j’aime observer, échanger et créer/agir. Me placer en observateur (apprécier la nature, le fourmillement de la vie, assister à des expositions, découvrir des œuvres artistiques diverses et variées) contemplatif et introspectif pour nourrir et éduquer cette curieuse entité qui m’habite et que l’on appelle esprit, pour enrichir ma vie et mon regard sur le monde. Cela fait également partie de mon travail photographique/artistique de manière indirecte. Échanger avec des passionnés ou des experts dans des domaines variés. Il n’y a qu’avec eux qu’une conversation ne m’ennuie pas que le temps semble plus que jamais une valeur humaine subjective. Me lancer dans des projets divers et variés, développer mes clichés, progresser en dessin, apprendre la guitare, …

Quelle photo aurais tu aimé avoir faite ?

Question difficile. Ayant des goûts/pratiques photos à la fois très personnel(e)s et hétéroclites. Étant profondément autodidacte tout en ayant un naturel de créatif j’ai beaucoup plus de facilité à créer qu’a copier ou reproduire. Ce qui fait que je ne me sois jamais pleinement identifié à des photographes ou des œuvres en particulier. Ceci étant dit, une photo que j’aurais aimé avoir faite qui m’est venu en tête serait la photo du fleuve Betsiboka (à Madagascar) prise depuis l’ISS (Station Spatiale Internationale) par Thomas Pesquet. Au delà même de l’aventure fantastique nécessitée pour ce cliché, je trouve l’idée d’avoir Le Monde comme sujet, cette infinité d’éléments muables qui viennent composer / se fusionner en cette immense entité, de créer, témoigner au travers d’elle vraiment grisante. Surtout en m’imaginant reprendre le reportage / portrait / shooting, après avoir travaillé avec ce sujet. Grisé par le contraste / parallèle entre cette immense entité et les entités que nous sommes. Qui font à la fois parties de cette infinité d’éléments muables qui forment le Monde, composantes de l’Univers, tout en étant elles-même composées d’une infinité d’éléments et de variables (émotion, sensibilité, …) muables.

Quels sont les photographes que tu aimes le plus et les photographes que tu aimes le moins ?

Les photographes, et artistes que j’aime le plus sont ceux qui sont entiers. J’entends par là qui restent fidèles à eux-même / à leur vision / au message qu’ils souhaitent exprimer, sans se laisser détourner par diverses pressions qui peuvent recouvrer de multiples visages. Dans le monde dans lequel nous vivons ce n’est pas chose aisée et je n’en ai que plus de respect et leurs œuvres n’en ressortent que plus vraies, plus intenses. Ceux que j’aime le moins… je ne sais pas, disons que je ne m’y suis pas intéressé…

Quelle importance a pour toi la technique ?

Pour l’assimilateur que je suis cela a été un réel plaisir de découvrir tout les aspects techniques et pratiques de mon(/mes) appareils, c’est à chaque fois comme avoir un nouveau jouet, ou plutôt un nouveau jeu. Comment ne pas résister à en arriver au bout, à en découvrir tout les secrets !? ^^ Mais bon, si vous avez eu le courage de lire mes réponses jusque là, vous l’aurez peut-être compris, mon appétence à comprendre ce qui m’entoure n’as d’égal que ma sensibilité. Ainsi, si j’ai une relation assez fusionnelle avec mon boitier je me laisse beaucoup porter par le feeling, l’instant, la lumière naturelle ou ce qu’a à m’offrir la scène.

Que ferais tu si tu héritais de 100 million d’euros ?

Je chercherais à être pleinement en phase avec celui que je suis au plus profond de moi, me consacrer à le devenir ou m’en approcher le plus possible. Je m’imagine féru de connaissances et de culture qu’elles soient techniques, anthropologiques ou bien artistiques ayant le loisir de m’en faciliter leurs accession. Ayant parfois le rôle de témoin au cours de voyages, d’échanges et d’observation. Parfois celui d’acteur en aillant ainsi l’opportunité offerte de réaliser plus facilement de multiples projets. Et encore celui d’artiste, en continuant d’exprimer au travers de diverses œuvres ma pensée, un regard, un message, fruits de mon expérience transposée ici au plus grand jour, avec la volonté d’enrichir de mon humble contribution, de ma sensibilité bien personnelle, le paysage qui s’offre à chacun de nous. Car le savoir est magique, il enrichi chacun, ne pouvant que se multiplier, indivisible dans son partage.

Aimes tu les chats ?

J’aime mon chat. Après cela dépend. Certains sont fascinants d’autres sont juste de gros prétentieux.